Types VPH 51 et VPH 56. Qu'Est-ce que c'est? Comment vivre et que faire?

Papillome, condylome, verrue – ces tumeurs bénignes sont le résultat de l’activité de l’infection par le papillomavirus humain dans le corps humain. Le virus possède de nombreux génotypes, chacun ayant son propre numéro de séquence. Tous les types de VPH sont également divisés en trois groupes: oncogénicité non oncogène, moyenne et élevée. Les types VPH 51 et 56 appartiennent donc au groupe à risque oncogène élevé, c’est-à-dire que, dans certaines conditions, des tumeurs bénignes peuvent être transformées en néoplasmes malins. Le plus souvent, l’infection par le VPH se produit par le biais de relations sexuelles ou par contact domestique. Cependant, des croissances caractéristiques peuvent être observées plusieurs années après l’infection, principalement à cause de l’activation du virus.

 

Causes de l’activation du VPH

Le VPH de type 56 ainsi que d’autres souches du virus pénètrent dans l’organisme par le biais de micro-dommages sur la peau ou les muqueuses. Après la pénétration, l’infection est incrustée et enracinée dans la couche épithéliale sans aucune manifestation visible – l’évolution de la maladie est latente. Cela se produit tant que le système immunitaire est capable de supprimer l’activité du papillomavirus (la période d’incubation peut durer plusieurs années).

Important!

Même une telle présence d’infection 51, 56 de ce type dans le corps humain peut être dangereuse pour d’autres personnes – un contact corporel rapproché avec le porteur entraîne l’infection.

La présence de tous les facteurs indésirables, qu’il s’agisse de l’exacerbation de maladies chroniques, des stress fréquents, des MST réduisent la barrière de protection – le système immunitaire s’affaiblit et le VPH est activé. À présent, l’infection se manifeste pleinement et le premier symptôme est la formation de croissances génitales uniques (verrues).

De plus, très souvent, la manifestation du papillomavirus peut être observée chez les femmes enceintes – ceci est dû à un fond hormonal instable. Il est important d’effectuer un traitement avant la naissance du bébé afin d’exclure son infection lors du passage par le canal utérin.

 

Voir aussi: Est-il possible de guérir le virus du papillome humain complètement et à jamais?

 

Le VPH peut être activé avec la ménopause. Pendant cette période, le corps de la femme est saturé d’œstradiol (un dérivé de l’hormone œstrogène), qui stimule l’activité de l’infection par le papillomavirus humain.

De plus, très souvent, la cause de la croissance de croissance pathologique devient une intervention chirurgicale non qualifiée dans les organes reproducteurs de la femme. Par exemple, un avortement infructueux entraîne la cicatrisation et la kératinisation des tissus muqueux, ce qui devient un environnement favorable au développement de l’infection.

Danger de types de virus 51 et 56

Nous avons déjà dit que les génotypes 51 et 56 du VPH font partie du groupe du risque oncogénique accru; il est donc nécessaire de traiter dès les premiers signes de pathologie.

Sans traitement adéquat, l’infection progresse, les verrues simples se fondent en un seul conglomérat. L’ADN viral n’infecte pas seulement la cavité, mais commence à s’intégrer dans le compartiment chromosomique des cellules; leur transformation (mutation) se produit. Le résultat de cette activité est la reproduction de cellules atypiques inhérentes aux tumeurs malignes.

VPH 51, 56 sont des infections anogénitales, elles peuvent donc causer le cancer:

  • Les femmes développent généralement des processus oncologiques sur le col, la vulve;
  • Chez les hommes, le pénis, la prostate et en présence de relations homosexuelles, le rectum peut être affecté.

De plus, l’activation du virus 51, 56 affecte la sphère reproductive – dans les cas avancés, elle provoque la stérilité ou peut provoquer un avortement spontané (fausse couche).

Il convient de noter qu’il n’est plus possible de guérir le VPH chez une personne qui a dépassé la frontière de 30 ans. Il s’agit d’une maladie chronique. Il doit donc apprendre à vivre et à maintenir le virus à l’état latent. Il est également important, dès les premiers signes du développement de la pathologie, de consulter un médecin.

Manifestations symptomatiques

Le premier signe d’activation du VPH chez les hommes et les femmes est la formation de petites excroissances jaune-gris ou rosâtres dans la région anogénitale. Sans thérapie qualifiée, les néoplasmes se dilatent, se coalescent, leur surface devient noueuse et ressemble à des fleurs de chou-fleur.

Chez les hommes, la maladie est un peu plus facile que chez les femmes: des condylomes se forment à la surface du pénis, qui peuvent se propager dans la zone anogénitale au fil du temps. Dans les cas avancés, l’infection affecte l’urètre, ce qui peut être accompagné de douleur lorsque vous urinez.

Voir aussi: Papillok plus. Avis réels, mode d’emploi, prix

Le corps de la femme tolère moins l’activation de 51, 56 génotypes – en plus de la formation de croissance dans la région génitale, une perte de poids se produit, des nausées apparaissent, atteignant les vomissements, bien que légèrement, mais la température augmente, l’érosion du col utérin souvent s’ouvre.

En cas de traitement retardé, les symptômes sont aggravés:

  • Il y a une forte sensation de brûlure pendant la miction (typique pour les deux sexes);
  • Le saignement est possible (peu importe la période menstruelle).
  • Tendresse constante dans le bas-ventre aggravée pendant les rapports sexuels;
  • Écoulement génital abondamment translucide, parfois avec des taches de sang.

Il est impossible de reconnaître la maladie par ces symptômes, car ceux-ci sont caractéristiques de nombreuses pathologies du système génito-urinaire. Vous ne pouvez pas hésiter, vous devez subir un diagnostic et commencer immédiatement le traitement.

Méthodes de diagnostic

Pour détecter les virus 51, 56 types mènent les études suivantes:

  • réaction en chaîne de la polymérase – tout fluide biologique convient à l’analyse. Le test aide à identifier la souche de l’agent pathogène;
  • Étude Digen – détermine le sérotype, la charge virale et l’oncogénicité du VPH;
  • Un examen histologique cytologique est effectué pour identifier les cellules atypiques.

Le diagnostic principal est important: l’examen par un gynécologue, la colposcopie chez la femme et un examen urologique visuel chez l’homme.

Un résultat de test positif pour VPH 51, 56 implique un traitement médicamenteux obligatoire, ainsi que la destruction des excroissances pathologiques.

Important!

Plusieurs types de VPH hautement oncogènes peuvent être présents simultanément dans le corps humain. Un tel quartier augmente le risque de développer des néoplasmes malins.

Thérapie combinée

À ce jour, il n’existe aucun médicament qui puisse éliminer complètement le VPH du corps. Cependant, avec une thérapie antivirale adéquate, il est possible de réduire de manière significative la concentration du virus. Pour ce faire, des médicaments tels que la groprinozine, le cycloféron, l’allokine alpha, le panavir et d’autres sont utilisés.

Étant donné que 51 sérotypes ont augmenté l’oncogénicité sur 51 sérotypes, des cytostatiques peuvent être prescrits aux patients – podofilline, bléomycine, 5-fluorouol, vinblastine, qui empêchent la croissance de tumeurs malignes.

 

Voir aussi: Types de VPH 6 et 11 chez les femmes et les hommes. Ce que c’est?

 

L’administration de médicaments immunomodulateurs (Licopid, Derinat, Lavomax, Immunal, etc.) est une étape importante de la thérapie complexe. Ils augmentent les forces de soutien et aident le corps à résister aux infections.

Parallèlement au traitement médicamenteux, ils détruisent les excroissances pathologiques (les enlèvent). Cela peut être fait de plusieurs manières:

  • Faisceau laser – méthode efficace sans effusion de sang, utilisée pour éliminer les tumeurs de toute localisation;
  • Les ondes radio sont une méthode d’influence innovante sans contact, efficace contre les croissances de toute localisation;
  • L’électrocoagulation est une méthode efficace mais douloureuse. Non recommandé pour une utilisation sur les zones ouvertes du corps.

Cryothérapie – cette méthode est rarement utilisée pour éliminer les excroissances génitales (uniquement dans le cas de verrues superficielles simples). L’intervention chirurgicale au scalpel est réalisée avec un risque accru de transformation en cancer.

Il est vivement recommandé de ne pas éliminer les excroissances par des produits chimiques agressifs. En cas d’utilisation négligente, ils provoquent de graves brûlures.

Que faire ensuite

Si vous avez reçu un diagnostic de 51, 56 types de VPH, un traitement complexe est obligatoire, après quoi les précautions suivantes doivent être prises tout au long de la vie:

  • se soumettre régulièrement à des bilans préventifs;

  • Ne négligez pas les règles d’hygiène personnelle;
  • rationaliser le sexe;
  • utiliser une contraception de contact;
  • nourrir le régime avec des aliments sains;
  • au moins deux fois par an pour suivre un traitement vitaminique;
  • Abandonnez les mauvaises habitudes – en général, menez un mode de vie sain.

Chez vous, il vous incombe de renforcer et d’améliorer les forces de soutien du corps. Étant donné que le VPH est un virus immunitaire, le fait de rechuter ou non dépend directement de l’état du système immunitaire.

Vidéo dans le sujet

Like this post? Please share to your friends:
Leave a Reply

;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: